Soumis par assosefa le jeu 02/07/2020 - 09:47
Logo Ifremer
Résumé

La perliculture contribue à la pollution des lagons polynésiens du fait de l’utilisation intensive de plastique. Les matériaux perlicoles les plus courants sont les cordages en polyéthylène (PE) qui constituent les filières d’élevage et les supports de fixation des huitres perlières, et les ombrières qui sont utilisées comme support de recrutement des jeunes naissains. Ce projet de thèse a pour objectif d’observer et de mesurer en mésocosme les impacts des microplastiques et des microorganismes associés, sur l’état de santé d’organismes récifaux et le recrutement larvaire. Cette thèse est organisée en 3 axes pour répondre aux questions suivantes : (1) la colonisation des plastiques par diverses communautés eucaryotes et procaryotes dépend-elle de la nature des plastiques ? ; (2) En quoi les microplastiques et les microorganismes associés vont-ils modifier la compétition entre les taxons au sein des écosystèmes impactés ? Ces écosystèmes seront constitués de quatre espèces de coraux dont Pocillopora damicornis, de macroalgues dont Turbinaria ornata, d’un bivalve filtreur Pinctada margaritifera et du poisson Siganus spinus ; (3) En quoi les microplastiques vont-ils modifier la capacité de recrutement des écosystèmes en lien avec les changements de communautés de microorganismes colonisant les supports de recrutement ? Pour ce dernier axe, des larves de P. damicornis, P. margaritifera et S. spinus seront artificiellement relâchées dans les mésocosmes.
Mots-clés :
Pollution, microplastiques, écosystème corallien, physiologie, microbiome

Type d'offre