Soumis par assosefa le mer 06/05/2020 - 17:33
Logo LECA Grenoble
Résumé

Ce projet a pour objectif d’étudier l’impact des déchets miniers sur le couvert végétal de l’étage alpin (i.e., au-delà de 2100m d’altitude) notamment en prenant comme modèle biologique la Cardamine resedifolia dont la présence sur les sols très enrichis en ETM et/ou HAP est majeure (et parfois presque exclusive). Pour cela, le projet fédérera une approche interdisciplinaire indispensable à i) la caractérisation de l’exposome, ii) la détermination des assemblages végétaux tolérants aux déchets miniers, iii) l’évaluation de l’accumulation en ETM et HAP dans la plante, iv) l’étude de la génétique des populations de C. resedifolia ainsi que v) son étude d’un point de vue écophysiologique. Ces travaux de recherche permettront d’évaluer si C. resedifolia tolère la pression polluante grâce à un ajustement de son phénotype au moyen de réponses plastiques ou grâce à un processus évolutif d’adaptation à la pression polluante
Ce projet en utilisant des approches phénotypiques, de génétiques moléculaires et démographiques abordera la problématique de la micro-évolution chez certaines espèces en lien avec la pression polluante. La cartographie de l’exposome (diagnostic environnemental) et de la composition du couvert végétal permettra de déterminer les plantes tolérantes aux ETM/HAP et d’analyser leurs transferts dans la biomasse végétale. Ainsi, l’effet positif du couvert végétal dans la limitation des transferts de polluants par érosion éolienne et/ou hydrique vs. l’effet potentiel de contamination des réseaux trophiques seront évalués. Par ailleurs, les populations de C. resedifolia confrontées à des substrats peu ou fortement enrichis en ETM/HAP seront analysées afin de comprendre les mécanismes de tolérance mis en jeux : adaptation/plasticité. Ces résultats auront une portée plus générale : en effet, l’adaptation à différents substrats est un mode de spéciation important chez les plantes et en particulier les plantes alpines. Cette étude détaillée de l’adaptation aux sols pollués chez C. residifolia permettra donc de mieux comprendre les mécanismes de spéciation de la flore alpine et de comprendre les mécanismes physiologiques associé à la tolérance. A ce jour, aucune étude n’a été menée dans le cadre alpin sur la caractérisation de l’adaptation ou de la plasticité phénotypique de C. resedifolia par rapport à des exposomes de type ETM et/ou HAP présent in natura.

https://www.adum.fr/as/ed/voirproposition.pl?langue=&site=edisce&matricule_prop=31398

Type d'offre