Soumis par assosefa le mer 14/09/2022 - 17:05
INERIS
Résumé

Modélisation des effets de perturbateurs endocriniens (PE) sur l’aromatase cérébrale chez l’embryon de poisson zèbre.

 

Au cours des 20 dernières années, il y a eu de nombreux exemples documentés des effets néfastes de composés introduits dans l'environnement par les activités humaines qui sont capables de perturber le système endocrinien des animaux et des humains (Hotchkiss et al., 2008).  Des études expérimentales sur le poisson zèbre (Danio rerio), entre autres, rapportent que les circuits neuroendocriniens et les fonctions cérébrales peuvent être modifiés par des expositions à des perturbateurs endocriniens (PE) (Vosges et al., 2010, Gore et al., 2015).

Dans ce contexte, le projet de recherche FEATS (ANR) propose de combler les lacunes de connaissances sur le rôle de l'aromatase cérébrale (aroB, l'enzyme responsable de la biosynthèse des neuro-oestrogènes) sur le neuro-développement et le comportement des poissons. Ainsi, le projet vise à élucider les conséquences toxicologiques à long terme de la perturbation précoce de l'aroB sur le développement cérébral, et à produire un ensemble de données complet sur le mode d'action des PE agissant sur l'aroB et sur la synthèse des neuro-stéroïdes, le développement cérébral et le comportement. FEATS ambitionne de faire un pas en avant dans l'élaboration d'une stratégie efficace et fonctionnelle d'évaluation du risque posé par les substances agissant comme neuro-ED, notamment à travers le développement de modèles d’(éco)toxicologie prédictive.

En effet, pour une bonne compréhension de la toxicité, les processus toxicocinétiques doivent être pris en compte car ils conditionnent les concentrations de substances dans les tissus et cellules cibles (par exemple, dans le cerveau), influençant ainsi la réponse toxique (ici, l'induction aroB). Un modèle de toxicocinétique pour les embryons de poisson zèbre a déjà été développé à l’Ineris pour prédire la distribution de produits chimiques afin de mieux expliquer et prédire la toxicité pour le développement (Siméon et al, 2020) et adapté pour prédire les concentrations intra-cellulaires de neuro-ED (e.g., les bisphénols) dans les principaux organes cibles (Billat et al. 2022).

Par ailleurs, des données ont été produites sur les réponses de l’aroB lorsque que les embryons sont exposés à différents bisphénols substitut du bisphénol A. L’objectif principal du stage sera donc d’appliquer le modèle de toxicocinétique de l'embryon de poisson zèbre pour prédire les concentrations intra-cellulaires de neuro-ED dans les principaux organes cibles et de développer un modèle dose-réponse quantitatif entre la perturbation de l’aroB et les concentrations internes mesurées.

 

Références clées

Vosges, M., Y. Le Page, B. C. Chung, Y. Combarnous, J. M. Porcher, O. Kah, and F. Brion. 2010. 17 alpha-Ethinylestradiol disrupts the ontogeny of the forebrain GnRH system and the expression of brain aromatase during early development of zebrafish. Aquatic toxicology 99:479-491.

Siméon, S., K. Brotzmann, C. Fisher, I. Gardner, T. Braunbeck, R. Maclennan, and F. Bois. 2020. Development of a generic zebrafish embryo PBPK model and application to the developmental toxicity assessment of valproic acid analogs. . Reproductive Toxicology 93:219-229.

Billat, P. A., C. Brochot, F. Brion & R. Beaudouin (2022) A PBPK model to evaluate zebrafish eleutheroembryos' actual exposure: bisphenol A and analogs' (AF, F, and S) case studies. Environmental Science and Pollution Research.

 

Profil

Master M2 toxicologie et/ou santé environnement (pharmacien, biologiste), école d'ingénieurs en toxicologie, santé ou environnement. Le candidat devra avoir un goût pour la programmation informatique.

Organisation

Durée du stage : 6 mois

Le (la) stagiaire sera accueilli(e) au sein de l’unité METO (Modèles pour l’Ecotoxicologie et la Toxicologie) de l’INERIS (Verneuil-en-Halatte, à 60 km de Paris Nord). Pour le trajet, des navettes gratuites entre la gare de Creil et l’INERIS sont mises en place matin et soir.

Les stagiaires perçoivent une gratification : 15% du plafond horaire de la sécurité sociale (soit 3,6 euros par heure ; ≈ 550 € / mois).

Contact : remy.beaudouin@ineris.fr / francois.brion@ineris.fr

 

Description détaillée
Type d'offre